jeudi 21 décembre 2017

Traductions des TEAM

Sujet délicat que celui des sous titrages illégaux de séries.
Délicat car c'est forcément un peu déplacé de critiquer le travail de bénévoles.
Donc loin de moi l'envie de remettre en cause leur générosité, cependant, il y a au moins un point que j'aimerai abordé.
Celui de la grammaire.
Car ne pas connaitre la langue de Shakespeare sur le bout des doigts, c'est tout à fait normal, il y a beaucoup de subtilités qui sont difficilement accessibles au premier abord, cependant, au niveau de la traduction de termes simples, c'est difficilement acceptable.

Un exemple concret:
L'autre jour je regardais je ne sais plus quel truc et durant tout l'épisode, le gars avait écrit "tu a besoin, tu a envie de, etc." mais également "il as besoin, il as envie de, etc...".

A un moment donné, faut se poser les bonnes questions.
Conjugaison de l'auxiliaire "avoir" au présent de l'indicatif (verbe que l'on utilise des dizaines de fois par jour): vue aux alentours du cours élémentaire (ou CE1 pour les mauvais).

Le gars a vraiment un problème si il n'est même pas capable de conjuguer ça.
Parce que faire des erreurs d'inattention, ça arrive à tout le monde et c'est acceptable, mais là, ce n'est pas une erreur puisqu'il la répète des dizaines de fois. Il est donc persuadé d'avoir raison. Il y a vraiment eu un problème dans son apprentissage... Ou bien il est teubé.

J'aimerais comprendre. Quand on est mauvais en Français, comment on peut avoir l'idée de vouloir faire de la traduction?? C'est comme si un nul en mathématiques décidait d'aider ses potes en comptabilité...
Et quand on voir le niveau dans sa langue maternelle, on se demande même comment il fait pour appréhender une langue étrangère. C'est là qu'on comprend pourquoi le résultat final est souvent incompréhensible.
Ça + l'utilisation de"Google traduction" pour les expressions inconnues + les abréviations et les initiatives personnelles du traducteur, ça donne cette langue magnifique que l'on parle d'ailleurs  aujourd'hui couramment dans les cités et que certains souhaitent nous faire accepter en nous faisant croire que c'est COOL.


Donc, les gars, merci pour votre boulot, mais par pitié, révisez un minimum vos conjugaisons! En plus de vous servir dans la vie, vous n'en serez que plus respectés et respectables.

Tutoiement

Il y a un truc qui m'énerve, ce sont toutes ces applications et jeux (surtout sur mobiles) qui nous tutoient.
A quel moment ils ont pensé que c'était une bonne idée de manquer de respect a leurs potentiels acheteurs?
J'imagine bien que l'intention derrière était de se rapprocher du consommateur, d'en être plus proche, sauf que c'est l'effet inverse qui se produit. Quand une application me tutoie, personnellement, j'ai surtout l'impression d'être infantilisé.
Et s'adresser à moi comme à un gosse, c'est très énervant!!
Donc svp, messieurs les développeurs et traducteurs, faites un effort, respectez-nous et vouvoyez-nous.

mardi 17 janvier 2017

Cagnottes


Je m'adresse à tous les jeunes (et moins jeunes) célibataires.
Non vous n'êtes pas seuls.
Non nous sommes beaucoup à devoir subir le dictat des offrandes à faire aux bien heureux parents.
Parents qui ont justement tout pour être heureux.
Ils sont en couple, amoureux, ont 2 salaires dans leur foyer, ont désormais un bébé avec prime de naissance et allocations, et bénéficient maintenant de plus de jours de congés que les autres.
Sans parler des futurs "je pars plus tôt faut que j'aille chercher mon fils à l'école", "je ne viendrais pas aujourd'hui, ma fille est malade".
Et qui doit se taper le boulot qu'ils ne feront pas pendant leurs nombreuses absences?
Le pauvre type qui n'a ni femme, ni enfant, mais qui par contre a du temps.

Et là-dessus arrive alors la fameuse cagnotte que la collègue-meilleure-amie de la mère a décidée de faire.
Et chacun doit en être avec son billet de 10€ ou plus.
Quand bien même on n'a jamais parlé à cette personne. Au mieux on lui a dit bonjour à la machine à café mardi dernier.
Mais comment faire autrement?
Oser dire: "non je ne participe pas, je ne la connais pas. Et puis c'est déjà la 5ème fois cette année qu'on fait des cagnottes, ça commence à faire beaucoup..."?
Oser affronter le regarde réprobateur de la collègue-meilleure-amie qui s'empressera de rapporter à qui veut l'entendre que "t'as vu, Jean-Michel n'a pas voulu donner, quel rapiat!".

Et il y a aussi les départs en retraite.
Alors quand il y a 50 ans, l'esprit d'entreprise signifiait encore quelque chose pour les patrons et leurs employés, et qu'on faisait sa vie dans une société, je comprends qu'on ait voulu récompenser et fêter le départ d'une personne qui avait tant apporté à la boîte.
Mais aujourd'hui?
On change de boîte tous les 5 ans. On arrive là-dedans et au bout de quelques mois il faut déjà participer à une cagnotte pour quelqu'un qu'on ne connait même pas.
Et c'est un éternel recommencement.
Chaque nouveau poste = nouvelles cagnottes pour des inconnus.

Alors non je n'ai pas envie de participer aux erreurs de ces femmes qui finiront divorcées dans 3 ans parce qu'elles se seront rendus compte qu'elles ont fait un marmot au premier venu juste pour satisfaire leur besoin égoïste de possession d'une personne (leur enfant) qui sera bien obligée de les aimer et de ne jamais les abandonner de maternité.
Non je n'ai pas envie de donner de l'argent à des anciens que je n'aurais croisés que quelque fois avant leur départ en retraite.
Est-ce qu'on nous fait des cadeaux à nous pauvres célibataires?
Ce sont toujours les mêmes qui profitent de tout.

Car je n'en ai pas parlé mais il y a également le problème des vacances.
Car oui maintenant qu'ils ont des gosses, tous ces parents deviennent prioritaires sur les dates des vacances. Et nous voilà obligé de prendre nos congés début Juillet ou fin Août. En décalé. Tant pis pour nos projets en famille. C'est secondaire.
Ou même carrément en Juin ou Septembre. Surtout depuis que ces inconscients ont décidé de divorcer. Ils doivent alors s'accorder selon le planning de chacun de leur nouveau conjoint, des vacances scolaires, etc... Nous voici alors relégué au rôle du "casse couilles qui est libre mais qui fait chier à vouloir partir en vacances en plein Juillet alors que MOI j'ai des impératifs bien plus importants".

Bref, vous l'aurez compris, ça m’énerve.
Devoir subir en silence sous cette masse d'injustice.
Car fêter un événement entre collègues ou rendre service une année pour arranger les vacances de quelqu'un, c'est normal et compréhensible.
Mais quand ça devient une obligation récurrente à laquelle il est impossible de se soustraire, c'est juste énervant!